Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

TRIBUNE LIBRE MUNICIPALE DU MOIS D'OCTOBRE

Publié le par Front National 3°circonscription de l'essonne

Le programme d'Emmanuel Macron commence à sortir des cartons et, une chose est sûre, c'est que notre président de la République signe une rubrique nécrologique pour nos communes.

 

Suppression de 70 000 postes de fonctionnaires territoriaux, alors que ces derniers sont la mécanique de nos communes. Réduction des dépenses de fonctionnement de 10 milliards d'euros, alors que les charges ne cessent d'augmenter. Exonération de la taxe d'habitation pour 80% de la population alors que cet impôt est l'essence même de nos mairies. Suppression des contrats aidés qui permettent à des personnes dans la précarité de remettre un pied dans le monde du travail, et pour finir, refonte des départements dans de grandes métropoles (celle de Paris comprendrait toute notre région).

 

Bizarrement, tous les maires sont unanimes quant à l'aberration de ce projet, mais ce qu'ils oublient de vous dire, c'est qu'ils y ont tous déjà fortement contribué depuis quelques années en organisant les transferts de compétence des communes vers les intercommunalités.

 

Pour le Front national, il faut défendre nos communes et nos départements. Les Français sont attachés à leurs communes et nous demandons la création d'une politique des villages comme il en existe une pour la ville. Nous ne voulons pas que nos décisions locales soient prises par des entités administratives géantes loin de nos réalités.

 

Nous aimons nos villages autour de leur clocher, nous ne voulons pas qu'Etréchy soit rebaptisé « Etréchy-sous-Paris » !

 

François HELIE, Philippe ECHEVIN, Sandrine PALVADEAU

etrechybleumarine@gmail.com ou 06/52/09/08/33

Commenter cet article

Christophe 08/10/2017 14:37

Le "Étréchy-sous-Paris" a déjà commencé puisque dans nos impôts nous payons tous pour le "Grand Paris" qui ne nous concerne pas. Le Sud-Essonne va être, comme d'autres parties de l'Ile de France à la limite de la province, une vache à lait dans le sens où nous allons payer sans rien en retirer.